La Dépêche du 20/01/2010

jeudi 18 mars 2010
popularité : 21%

Villeneuve. Les abeilles arrivent dans les porte-monnaie

Économie. Ce samedi 23 janvier, l’association Agir pour le vivant lance une monnaie locale complémentaire sous forme de bons d’achat de 1, 2, 5 et 10 €.

J - 4 pour le lancement de la monnaie complémentaire locale l’abeille revêtant la forme de bons d’achat, créée par l’association Agir pour le vivant. Les bénévoles, au cours d’une manifestation le samedi 23 janvier, de 8 heures à 12 heures, sous la halle, rue Lakanal, présenteront aux Villeneuvois et aux Villeneuvoises les « billets » de 1, 2, 5 et 10 abeilles, une abeille valant 1€. Ils expliqueront également les grandes lignes de cette action qu’ils souhaitent étendre au fil des années. « Les finalités de la monnaie locale complémentaire sont la redynamisation de l’économie locale et par là même du lien social, la réduction des transports de marchandises et la limitation de l’empreinte écologique. Si l’on consomme local, on préserve l’environnement, explique Patrick Figeac, aux côtés de Brigitte Balavoine et de Françoise Lenoble, bénévoles à Agir pour le vivant. La mise en route de l’abeille aura nécessité sept mois de travail. « Actuellement, 2 000 abeilles circulent. C’était les premières, elles étaient tout à fait artisanales, souligne Françoise Lenoble. A partir de samedi, nous mettrons en circulation 2 400 « billets » officiels pour une valeur de 8 000 € ». Bien évidemment, ces bons d’achat ont des protections.
La première chose à savoir, c’est que pour acquérir les abeilles, il faudra adhérer à l’association Agir pour le vivant (12 €). En remettant des abeilles contre des euros, nous donnerons une liste des lieux où les échanger, des partenaires qui acceptent cette monnaie locale complémentaire et qui ont signé une charte d’engagement. Dans la pratique, si vous achetez un livre à 19 €, vous donnerez 19 abeilles. S’il coûte 19,50 €, vous réglerez avec 19 abeilles et 0,50 € », précise Françoise Lenoble.
Aux partenaires qui ont signé la charte, Agir pour le vivant demande à ce qu’ils s’engagent à produire avec le moins de nocivité pour l’environnement. Les matières premières utilisées doivent être achetées localement. « Nos partenaires sont des producteurs (en grande majorité bio mais ce n’est pas réservé qu’au bio). Nous avons aussi quelqu’un qui fabrique des savons bio, une libraire, une coiffeuse, une couturière, un producteur de viande, ainsi qu’un naturopathe, un chiropracteur… Ils sont répartis sur le Villeneuvois, d ans un périmètre de 30 km alentours. Nous sommes en contact avec deux bars de Villeneuve, un boulanger… ».

L’abeille sera une monnaie circulante. « Quand elle est immobile, elle perd de sa valeur. Nous devons la réactualiser deux fois par an, note Françoise Lenoble. Le billet-bon d’achat a une date de validité de six mois. Passés ses 6 mois, il faudra acheter une vignette qui sera collée sur le billet pour l’utiliser. Le coût de cette vignette est de 2 %. Soit pour 1 abeille, 2 centimes d’euro ; pour 2 abeilles, 4 centimes d’euro ; pour 5 abeilles, 0,10 € et pour 10 abeilles, 0,20 € ».
D’autre part, si un des partenaires se retrouve avec beaucoup d’abeilles, il pourra également les échanger contre des euros. « Là aussi, pour cet échange, une commission de 2 % sera appliquée ». L’argent pourra être réinvesti par l’association pour aider ponctuellement un producteur en difficulté, une personne qui a un projet éthique et local…

Des reproductions de tableaux de Jean-Claude Maurel

Si les premières abeilles étaient artisanales, celles-ci ne le seront pas. Sur les billets-bons d’achat de 1, 2 5 et 10 €, sont reproduits plusieurs tableaux de l’artiste villeneuvois Jean-Claude Maurel, qui a donné l’autorisation de reproduction et était enthousiasmé par la démarche d’Agir pour le vivant. « Il est également intervenu au niveau des couleurs », souligne Françoise Lenoble.
Sur l’autre face du billet-bon d’achat, figure une photo d’abeille sur une fleur, photo prise par Christian Aymé, de Sauvagnas, avec qui l’association a travaillé. « Nous espérons très fortement qu’ils seront présents le samedi 23 janvier, où nous disposerons de deux stands, un pour expliquer notre démarche et un autre pour échanger des euros contre des abeilles. Nous rappelons que la création et la diffusion de l’abeille est une activité d’Agir pour le vivant ».


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)