Villeneuve sur Lot. L’Abeille étend son rayonnement...

mercredi 6 février 2013
popularité : 32%

Article de Joëlle Faure , publié dans la Dépêche du Midi du 5 février 2013, faisant écho à la Conférence de Presse annonçant l’arrivée de la 100° entreprise Abeille

Grand Sud » Lot-et-Garonne / VILLENEUVE-SUR-LOT ET SA REGION ....

Françoise Lenoble entourée par le vice-président Nicolas Queyreau, Didier l’animateur salarié de l’association ; Sylvie Recoussine et J. Coudron, qui ont rejoint les entreprises Abeille./Photo DDM, J.F.

MONNAIE COMPLEMENTAIRE

L’abeille, monnaie complémentaire locale créée en janvier 2010, a enregistré une très forte progression en 2012. Elle est maintenant bien ancrée dans la vie économique locale.

Les bénévoles de l’association Agir pour le vivant ont le sourire aux lèvres. En 2012, la monnaie complémentaire l’abeille, qu’ils ont créée, a enregistré une très forte progression, que ce soit au niveau des entreprises qui l’acceptent, des utilisateurs, de la circulation des billets, des comptoirs d’échange (14). « L’abeille a été lancée le 23 janvier 2010.


Depuis le mois de décembre 2012, nous avons franchi le cap des 100 entreprises qui l’acceptent (54 en 2011), explique la présidente Françoise Lenoble. Ce qui est important, c’est cette dynamique qui s’est créée sur le bassin du grand Villeneuvois. Plusieurs entreprises sont venues frapper à notre porte pour rentrer dans l’abeille ». Et de citer l’exemple de la ferme équestre Hantayo, à Saint-Robert. « Les 104 entreprises qui sont dans le réseau de l’abeille permettent de diversifier l’éventail des propositions. L’espace géographique s’est élargi : Penne-d’Agenais, Saint-Sylvestre, Monflanquin, Laroque-Timbaut... soit dans un rayon de 30 km autour de Villeneuve. Nous sommes mêmes sollicités sur Agen ! Nous sommes dans une démarche de qualité et pas de quantité. Nous ne recherchons pas la croissance à n’importe quel prix ».

Un sondage fait par Agir pour le vivant

dans le cadre d’un dispositif local d’accompagnement, fait ressortir l’engagement à dynamiser la vie économique locale, la qualité des productions et des services proposés. « Les gens viennent parce qu’il y a une éthique et du lien social. Par l’abeille, les utilisateurs ont découvert de nouvelles entreprises et sont devenus clients. On note aussi que les non-utilisateurs de la monnaie villeneuvoise, lorsqu’ils voient le panneau de l’abeille sur une entreprise, rentrent en confiance. Petit à petit, on est en train de contribuer à la mise en place de circuits courts de proximité ».

J.F.


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)