Enfin une étude sur les Monnaies qui changent

mardi 25 février 2014
popularité : 7%

Article de Léa Lejeune, paru dans la rubrique économique EcoFutur du Journal Libération du 23 février.

Et si les monnaies alternatives étaient l’une des réponses à la crise, une manière efficace de relocaliser l’économie et de créer du lien social ? Le gouvernement étudie cette possibilité d’une île monétaire. Les ministres de l’Économie sociale et solidaire (Benoît Hamon) et à l’Egalité des territoires et du logement (Cécile Duflot) lancent aujourd’hui une mission d’étude exploratoire sur les monnaies locales complémentaires. En clair, il s’agit d’effectuer un état des lieux de celles qui existent en Europe, qu’elles soient sous forme de coupons-billets ou numériques, créées par des associations ou des collectivités. La mission évaluera également les Systèmes d’échanges locaux (SEL), ces groupes de troc qui permettent ’échanger des biens et des services grâce à une unité de temps et sans l’intermédiaire de l’argent.

Blocages.

Le duo en charge du dossier est composé de Jean-Philippe Magnen, vice président
(EE-LV)du conseil général des Pays-de-la-Loire, fort d’une expérience de treize ans en tant qu’élu en charge de l’économie sociale et solidaire à la mairie de Nantes, et de l’expert de la Direction générale de la cohésion sociale,Christophe
Fourel. Ils ont déjà prévu un voyage à Bristol, en Angleterre. Cette collectivité
aurait lancé la forme de monnaie locale « la plus aboutie en Europe », qui s’adresse à la fois aux entreprises et aux particuliers.
« Nous serons aussi chargés d’évaluer les blocages en termes juridiques et fiscaux. Par exemple, nous nous demanderons si cela pose un problème que les SEL ne soient pas soumis à la TVA et pourquoi il ne s’agit pas de travail au noir », précise Magnen.

Oubli.

Des dizaines de projets de monnaies locales complémentaires ont été recensées en France. Mais le décollage est lent. « Est-ce parce quel Etat n ’a pas assez
soutenu ces projets ? Parce les blocages juridiques sont trop nombreux ? Parce que le public ne voit pas encore l’intérêt ? »
se demande l’élu nantais. Si le rapport ne doit être remis qu’en juin, les premières recommandations sont attendues pour avril.

Objectif : corriger un oubli. Les monnaies locales étaient, jusqu’à présent, absentes du projet de loi sur l’économie sociale et solidaire adopté en novembre au Sénat.


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)