Agen. L’abeille, une nouvelle monnaie !

samedi 1er mars 2014
popularité : 14%

Article de Kévin Pinto dans le journal Le Petit Bleu du groupe de La Dépêche du Midi publié le 1 mars dans l’édition Lot & Garonne / Agen et ses environs.

Créée en 2010 à Villeneuve, « l’abeille » fait son arrivée à Agen. Cette monnaie a pour but de promouvoir des valeurs d’éthique et de favoriser les relations commerciales à l’échelle locale. Pas de panique, les magasins agenais ne sont pas infestés d’essaims. Les « abeilles » qui arrivent dans certains commerces agenais sont en papier, frappées d’un 1, d’un 2, d’un 5 ou encore d’un 20. Depuis quatre ans, cette nouvelle monnaie se développe petit à petit dans le Lot-et-Garonne. À la base de l’initiative, l’association villeneuvoise « Agir pour le vivant », qui souhaitait dynamiser l’économie locale à travers des valeurs communes. « C’est une monnaie qui respecte l’humain et la nature », explique Françoise Lenoble, coprésidente de l’association. « Il n’y a pas de recherche de croissance, mais de qualité. C’est un concept qui doit être au service du peuple. » Les entreprises partenaires de ce système doivent correspondre à des valeurs écologiques et solidaires.

De 44 prestataires en 2011, ils sont aujourd’hui 130 à utiliser la monnaie abeille. « C’est un indicateur d’échange, pour savoir qui partage les mêmes valeurs », précise François Lenoble. Monnaie dite complémentaire (1 abeille = 1 €) et « fondante », les abeilles se dévaluent vite, empêchant la spéculation et favorisant une circulation plus rapide. Depuis peu, les billets sont arrivés sur Agen. Une dizaine d’entreprises les utilise, dont « La Rue aux herbes », tenue par Christophe Fossaert, président de l’Union des commerçants et artisans. « Mais c’est vraiment une démarche personnelle », tient à préciser le gérant. Pour lui, utiliser les abeilles est utile à l’économie territoriale. « Il y a une volonté de travailler en local, d’éviter de devoir importer de trop loin. C’est une démarche éthique, cela favorise la consommation de proximité ».

Pas encore la ruée, mais…

Christophe Fossaert, qui est passé aux abeilles en août dernier et qui tient le « bureau de change » de la ville, reconnaît cependant que, pour le moment, assez peu d’Agenais sont venus échanger leurs euros. Ce qui n’empêchera pas ce système de fonctionner et de se développer : « Il y a un ou deux clients par jour qui règlent en abeille. Il faut laisser un peu de temps aux gens, ça commence tout juste. Mais j’ai confiance, je pense que ça peut fonctionner. Certaines personnes ressentent un ras-le-bol de la consommation mondiale. C’est aussi donner à réfléchir pour faire fonctionner les commerces de la ville et du département. »
Pour faire butiner les abeilles dans votre porte-monnaie, il faut adhérer à l’association « Agir pour le vivant ». Et se laisser porter par cette initiative équitable.

Kevin Pinto.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/01/1829476-agen-des-abeilles-dans-le-porte-monnaie.html


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)