Un circuit touristique durable avec « l’abeille »

jeudi 26 juin 2014
popularité : 31%

Article de Jérôme Schrepf dans la rubrique Actualités/Grand Sud/Lot-et-Garonne/Villeneuve sur Lot du journal La Dépêche du Midi du 25 juin 2014, présentant la nouvelle initiative de la monnaie locale Abeille avec le lancement d’un circuit touristique de ses prestataires en collaboration avec l’un d’eux Eric NUEVO de l’Hôtel de la Résidence à Villeneuve sur Lot.

Quatre ans après sa création, l’abeille, la monnaie complémentaire villeneuvoise, lance cette semaine un réseau touristique. Pour des vacances engagées.

L’idée a germé lorsque Didier Gusse, animateur de l’association « Agir pour le vivant », a proposé à Éric Nuevo, le propriétaire de l’hôtel villeneuvois, « La Résidence », d’adhérer à l’association et d’entrer dans le réseau des prestataires acceptant l’abeille, la monnaie complémentaire villeneuvoise lancée en 2010. « J’étais intéressé par la démarche qui consiste à conserver l’argent au niveau local pour développer l’économie du territoire. Le seul écueil pour moi, c’est que j’accueille des touristes venant de toute la France. Voire du monde entier. Ces gens-là n’ont pas d’intérêt à payer en monnaie locale. Sauf… ».

C’est à partir de ce « sauf » qu’est né un projet qui voit aujourd’hui le jour : un circuit touristique des prestataires acceptant l’abeille. « On met en avant trente entreprises du réseau « abeille » qui œuvre dans le domaine du tourisme », développe Didier Gusse. Le Chaudron magique à Brugnac, La Ferme du Bousquet à Penne, l’auberge « La Poule à vélo » à Saint-Jean-de-Thurac, le bateau solaire proposant des croisières sur le Lot et amarré à Casseneuil ou encore les Grottes de Lastournelles à Sainte-Colombe font partie du réseau… « Le but est d’orienter les touristes vers des visites, des tables, des produits du terroir qui respectent l’environnement, ont une démarche sociale et éthique en plus de proposer des services de qualité », renchérit Éric Nuevo.

« Une entreprise labellisée « abeille », doit répondre à un cahier des charges », poursuit Françoise Lenoble, coprésidente d’Agir pour le vivant. « Par exemple, nous n’accepterions pas un agriculteur qui cultive des fraises hors-sol, car cela ne correspond pas à ce que nous défendons. En choisissant de parcourir le circuit touristique que nous mettons en place, les touristes sont sûrs que l’argent qui sera dépensé le sera au service du territoire, pour faire vivre des gens d’ici qui œuvrent pour le développement durable. »

Comment ça marche ?

Pour le touriste de passage il est possible de dépenser durablement son argent en adhérant pour un mois et 2 € à l’association Agir pour le vivant. Il s’agit alors d’échanger 25 € contre 25 abeilles et de commencer à dépenser intelligemment. À partir de là, une enveloppe découverte est remise dans laquelle on trouve le mode de fonctionnement ainsi qu’une carte des 30 prestataires touristiques acceptant la monnaie complémentaire. Il est ensuite possible d’échanger davantage d’euros en abeilles, et au moment de partir.

Repères Le chiffre : 2

2 euros, le mois. L’adhésion pour les touristes de passage et permettant d’échanger des euros en abeilles.

Jérôme Schrepf

Un circuit Touristique durable avec l’"Abeille"


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)