165 entreprises Abeille dans la ruche

dimanche 12 octobre 2014
popularité : 34%

Article paru dans le journal "Le Petit Bleu" du 11 octobre 2014 dans la rubrique Actualités/Grand Sud.

La monnaie locale abeille est en train d’essaimer dans tout le département. Les entreprises adhérentes et les clients citoyens aiment son éthique.

Lancée en 2010 à Villeneuve-sur-Lot par l’association « Agir pour le vivant » qui fut pionnière en France dans ce domaine, l’abeille est une monnaie locale complémentaire et fondante, destinée à promouvoir le commerce local. Elle fonctionne avec un taux de change fixe d’une abeille pour un euro.

Pour décourager l’accumulation spéculative, l’abeille est une monnaie circulante dont le but est de ne pas thésauriser afin de dynamiser le tissu local. Lorsqu’elle est immobile, elle perd un peu de sa valeur (-2 % tous les six mois). Elle est émise en billets de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 Abeille. La monnaie est rendue avec des centimes d’euro.

Depuis un an, 34 entreprises de l’Agenais ont souscrit à l’éthique abeille, issues de tous les secteurs d’activité (alimentaire, artisanat, une sophrologue, les magasins Biocoop d’Agen et Boé, l’école ABC Danse, une société d’énergies renouvelables, une vannière de Castelculier, une société de réalisation de films publicitaires, le restaurant « La Poule à vélo » à Saint-Jean-de-Thurac…).

Mais à l’échelle du département, le système de monnaie complémentaire qui s’est développé dans le Fumélois, Villeneuvois et Agenais, a déjà séduit 165 entreprises et la barre des 180 entités devrait être atteinte à la fin de l’année. « 500 adhérents citoyens utilisent cette monnaie et fin août, une hausse de 30 % des échanges a été observée », indique la présidente d’Agir pour le vivant, Françoise Lenoble, qui stipule que le symbole de l’abeille, « une espèce mal en point », a été adopté pour sa faculté à essaimer.

Cette monnaie complémentaire est en plein essor. 20 monnaies de ce type circulent en France comme « le sol violette » à Toulouse, « la mesure » à Romans, « l’Eusko » dans le Pays Basque…

Salaire en abeilles ?

Des salariés de la Biocoop d’Agen et Boé ont même manifesté le souhait d’avoir une partie de leur salaire versée en abeilles.

Les entreprises qui postulent doivent répondre à trois critères : « qualité de produits, de services et humaines », précise Didier Gusse, animateur salarié de la monnaie locale sur l’Agenais. Pour lui, la philosophie repose sur un réseau de citoyens et d’entreprises qui ont fait le choix de redynamiser l’économie et la vie locale en se réappropriant son argent. 60 sociétés qui adhérent à cette éthique qualitative, avec une sensibilité locale, sont actuellement sur liste d’attente. Car tout le monde ne peut pas prétendre à intégrer le programme. Les gérants, commerçants, artisans ou professions libérales doivent correspondre au profil recherché et c’est Didier Gusse qui se charge des entretiens et des dossiers à monter, avant le passage devant un comité d’agrément.

Les entreprises qui postulent doivent répondre à trois critères : « qualité de produits, de services et humaines », précise Didier Gusse, animateur salarié de la monnaie locale sur l’Agenais. Pour lui, la philosophie repose sur un réseau de citoyens et d’entreprises qui ont fait le choix de redynamiser l’économie et la vie locale en se réappropriant son argent. 60 sociétés qui adhérent à cette éthique qualitative, avec une sensibilité locale, sont actuellement sur liste d’attente. Car tout le monde ne peut pas prétendre à intégrer le programme. Les gérants, commerçants, artisans ou professions libérales doivent correspondre au profil recherché et c’est Didier Gusse qui se charge des entretiens et des dossiers à monter, avant le passage devant un comité d’agrément.

« Nous avons décidé de créer cette monnaie parce que nous nous sommes posés des questions sur le sens de notre argent : où repartait l’euro ? Nous n’avons aucune maîtrise sur lui », déplore Françoise Lenoble. Pour Didier Gusse, « abeille est une monnaie qui a un sens, une éthique et une âme ».

C.St-.P.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/11/1969564-165-entreprises-abeilles-dans-la-ruche.html


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)