Lot-et-Garonne : les usagers se piquent au jeu de la monnaie locale

lundi 20 octobre 2014
popularité : 24%

Article de Julien Pellicier, paru dans l’édition d’Agen du quotidien Sud-Ouest dans la rubrique Économie du 15 octobre 2014, suite à la conférence de presse donnée par l’équipe de l’Abeille à la Biocoop Prévert d’Agen.

80 000 unités de l’Abeille, la monnaie locale complémentaire qui gagne progressivement l’Agenais, devraient avoir été échangées à la fin de l’année.

" En 2010, on nous prenait pour de doux rêveurs. Aujourd’hui, les chiffres montrent que nous sommes bien ancrés dans la réalité du territoire. " Didier Gusse, animateur salarié de l’association Agir pour le vivant, qui est à l’origine de l’Abeille, cette monnaie complémentaire locale née à Villeneuve-sur-Lot, a le sourire. Tout comme Françoise Lenoble, coprésidente de la structure : " Nous arrivons bientôt à la fin de notre cinquième année et nous sommes en pleine croissance. En décembre, le nombre d’utilisateurs, d’entreprises agréées et le volume d’Abeilles en circulation devraient avoir augmenté de 30 %. "

Lentement mais sûrement

De quoi maintenir le poste d’animateur à temps plein, et espérer recruter un, voire deux services civiques pour continuer à véhiculer la philosophie de l’Abeille.

Car plus qu’un simple moyen de paiement indexé sur la valeur de l’euro, cette monnaie « a une âme » selon ses utilisateurs qui, de fait, en sont aussi des promoteurs. « Elle nous permet de nous réapproprier notre argent et de redévelopper, en créant du lien, le tissu économique du département », poursuit Didier Gusse.

« C’est avant tout une monnaie de proximité et de solidarité »

Monnaie fondante, l’Abeille a tout intérêt à circuler, à passer de main en main, « à encourager à consommer localement ». La conserver sous le matelas ne servirait en effet à rien, puisqu’elle ne permet pas de spéculer. Depuis juillet, se félicite Philippe Lenoble, administrateur d’Agir pour le Vivant, l’Abeille, comme les 21 autres monnaies locales complémentaires de France, a été intégrée à la loi sur l’économie sociale et solidaire : « Elle est donc reconnue comme un moyen officiel de paiement et figure dans le Code monétaire et financier de la République… »

Une forme de reconnaissance qui invite à voir toujours plus grand, mais sans aller trop vite. Si la monnaie essaime le long d’une ligne qui court désormais di nord du Fumélois au sud de l’Agenais, une poussée vers l’ouest n’est pas d’actualité. « Nous privilégions la qualité à la quantité. C’est avant tout une monnaie de proximité et de solidarité… »

Question d’éthique

Du côté de la proximité, 22 comptoirs d’échanges existent aujourd’hui. La Rue aux herbes, de Christophe Fossaert, a été le premier, à Agen, suivi des Biocoop Prévert d’Agen et de Boé. En un an de présence dans la ville de la préfecture, l’Abeille a déjà séduit 34 entreprises et, apparemment elles sont encore nombreuses à vouloir entrer dans la danse.

Pour cela des comités d’agrément se réunissent régulièrement. Car ne devient pas entreprise Abeille qui veut… « Il ne s’agit que d’entreprises indépendantes, non franchisées, qui défendent des valeurs et une certaine éthique, dans la qualité des produits qu’elles commercialisent, tout comme dans leur comportement avec leurs employés et leurs clients », explique Didier Gusse.

Aurélie Roche, jeune sophro-reflexologue, a deux patientes qui la payent en Abeille. Avec ses billets, elle est allé faire ses premières courses chez Biocoop. L’école ABC Dance a été la première entreprise agréée d’Agen : « Cela me permettait de véhiculer l’importance de manger bio ». Jérémy Biernes, vendeur de jouets et de jeux de société jusqu’à il y a peu, a de nouvelles idées pour « ne pas enfermer le mouvement dans un cadre trop restreint qui ne se limite pas qu’aux produits alimentaires ».

L’Abeille, visiblement, n’a pas raté son envol.

JULIEN PELLICIER

EN CHIFFRES

180 : Le nombre d’entreprises acceptant les paiements en Abeille

80 000 : le nombre d’Abeille qui devraient, fin 2014, avoir circulé en Lot & Garonne

69 : le nombre d’entreprises demandeuses en attente pour recevoir des Abeille

http://www.sudouest.fr/2014/10/15/les-usagers-se-piquent-au-jeu-1704474-3603.php


Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)