L’Abeille, plus ancienne monnaie locale de France, acceptée par la commune de Blanquefort-sur-Briolance

samedi 25 avril 2015
par  admin
popularité : 19%

Article du 24 avril 2015 sur le blog du mensuel Alternatives Économiques suite à la signature de la convention signée directement entre la commune de Blanquefort sur Briolance et l’association Agir pour le Vivant, par Michel ABHERVE, professeur à l’université de Paris Est Marne la Vallée, où il enseigne l’économie sociale et les politiques publiques

Après Boulogne sur Mer où l’entreprise qui gère le réseau de bus via une délégation de service public, accepte le paiement dans la monnaie locale, le Bou’sol, et où la communauté elle même accepte le paiement en monnaie locale, dans le cadre de manifestations organisées sur le territoire cela entrant dans la régie recettes (voir Vers le paiement des services publics locaux et des indemnités des élus en monnaie locale ?), c’est au tour de la commune de Blanquefort-sur-Briolance, dans le Lot et Garonne, d’accepter les paiements en monnaie locale, "l’Abeille".

Comme Sud-Ouest nous en informe dans cette commune de 509 habitants il sera possible de louer la salle municipale, d’utiliser un service de photocopies, et demain de régler la cantine en payant en Abeille « Jusque-là, les collectivités ne franchissaient pas le pas car les trésoriers généraux refusaient de prendre en charge des régies dans une autre monnaie que l’euro », explique Françoise Lenoble, coprésidente d’Agir pour le vivant « La loi de juillet 2014 sur l’économie sociale et solidaire vient de permettre ça et un rapport encourage le développement des monnaies locales »
Première monnaie locale en France, créée en 2010 à Villeneuve sur Lot, l’Abeille est acceptée par 167 prestataires et étend progressivement son champ sur le département, et l’adhésion des collectivités est une étape déterminante.

« Avec une première collectivité comme notre municipalité, c’est un appui politique qui est apporté et un soutien au commerce local. Nous avions dans notre projet municipal cette volonté d’aider l’économie sociale et solidaire, de valoriser notre patrimoine local, de pérenniser le commerce et l’emploi sur le secteur. Adhérer à l’abeille s’inscrit dans cette démarche. On s’est toujours dit : on est des locaux, on vit ici et ce n’est plus possible de laisser partir notre argent ailleurs » déclare la maire Sophie Gargowitsch, nouvelle vice présidente du conseil départemental en charge du développement durable.

Michel Abhervé

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/2015/04/24/labeille-plus-ancienne-monnaie-locale-de-france-acceptee-par-la-commune-de-blanquefort-sur-briance/


Commentaires

Brèves

16 octobre 2012 - Nantes. La mairie veut lancer sa propre « monnaie »

La mairie de Nantes entend lancer, en juin 2013, sur l’ensemble de son agglomération, une « (...)